AthenesDonneRiende Léonard Vincent, aux éditions des Equateurs, 18€

Nuit et jour, un homme marche dans les rues d’Athènes. Il s’appelle Max, il est français, il est venu ici pour se faire oublier : en Grèce, l’effondrement est déjà une histoire ancienne. Athènes a été sacrifiée, mais sa lumière demeure. Aujourd’hui, les Grecs élisent leurs députés. Dans les rues de Kypselis et du Pirée, Max écoute leurs conversations et les chansons qui font toujours vibrer leur coeur. Il se frotte à leur orgueil, à leurs rêveries, leur peur et leur soif de liberté. Seule la palpitation des choses le guide. Il se lie d’amitié avec l’anarchiste Nikos, qui n’aime pas parler de politique, il apprivoise Antigone, une femme à la bouche de louve, et il tente d’aider Filmon l’Africain, qui a fui l’Érythrée et doit fuir à nouveau. L’errance lui colle à la peau. Mais les dés ne sont pas encore jetés.