berezina2de Sylvain Tesson, aux éditions Guérin (Chamonix), 19,50€

L’homme n’est jamais content de son sort, il aspire à autre chose, cultive l’esprit de contradiction, se propulse hors de l’instant. L’insatisfaction est le moteur de ses actes. « Qu’est-ce que je fais là ? » est un titre de livre et la seule question qui vaille.

Depuis vingt ans et son premier tour du monde à vélo, Sylvain Tesson  arpente la planète pour la raconter : les steppes d’Asie centrale, les traces des évadés du goulag, l’Himalaya à pied,… Véritable aventurier, il sait aussi se poser, mais pas n’importe où… en 2011 il a publié Dans les forêts de Sibérie (prix Médicis essai 2011, Gallimard), récit de ses six mois d’ermitage sur les rives du lac Baïkal.

-Un vrai voyage c’est quoi ?
-Une folie qui nous obsède, dis-je, nous emporte dans le mythe ; une dérive, un délire quoi, traversé d’Histoire et de géographie, irrigué de vodka, une glissade à la Kerouac, un truc qui nous laissera pantelants, le soir, en larmes, sur le bord d’un fossé. Dans la fièvre…

Et les voilà partis, cinq copains, sur des side-cars Oural qui plafonnent à 80 km à l’heure pour une épopée réjouissante de 13 jours pour… refaire, deux siècles après, la retraite de Russie de 1812. Cette longue agonie d’une armée forte de 450.000 Français. Quelques milliers s’en tireront de justesse sous la conduite du brave maréchal Ney. Combien de morts de froid ou de faim? Combien tombés sous les balles russes? L’étonnant était que chaque fois qu’il y avait une bataille, Napoléon la gagnait. La retraite de Russie repose ainsi sur ce paradoxe, écrit Sylvain Tesson, une armée marche, de victoire en victoire, vers son anéantissement total.

Laissez-vous emporter dans cette épopée, transporter de l’hiver 1812 à l’hiver 2012 : des dizaines de milliers de fuyards affublés d’étoffes pillées dans les beaux quartiers de Moscou, armée carnavalesque, des chevaux épuisés, aux   side-cars en déséquilibre sur le verglas, frôlés par des files interminables de camions, conduits par cinq copains casqués, emmitouflés, frigorifiés, ensommeillés, gros buveurs de vodka.