BesoMuerte2de Gilles Vincent, aux éditions Jigal, 9.50€

Premier chapitre : Espagne, août 1936. Assassinat de Garcia Lorca. Scène violente.
Deuxième chapitre : Pau, février 2007. Thomas, 52 ans, Claire,25 ans. Cinq années qu’ils partagent tout, du moins qu’ils essayent. Lui est flic. Boulot, boulot, boulot. Elle se sent négligée. Il boit. Beaucoup. Ne tient pas sa promesse d’arrêter de boire. Tout a empiré depuis l’affaire Langevin, il y a un an. La petite Langevin retrouvée dans un fossé. Violée, éventrée, étranglée. Elle allait avoir huit ans. Depuis il boit encore plus. Au cours d’une scène violente il dit à Claire que cette petite c’était sa fille. Elle n’éprouve aucune compassion. Bien au contraire. Elle éclate : « Un alcoolo, c’est déjà dur à supporter, mais un mec capable de te cacher pendant 5 ans qu’il a une gamine… Non mais tu te rends compte ».
Elle ramasse ses affaires et s’en va.
Quatre ans plus tard, en août 2011. Mariage de Thomas avec Délia. Délia toxicologue qu’il a été consulter. Au hasard : ce fut le premier nom qu’il trouva dans les Pages Jaunes. Dès la première séance, dès qu’il l’a vue, il a arrêté de boire. Et aujourd’hui il l’épouse. Elle est pas belle la vie ?
A 2 h du matin, ce même soir son portable sonne. C’est Claire. « Il faut que tu viennes me chercher, ils vont me tuer ». Elle a été enlevée. Elle est près d’une gare. A Marseille. Elle lui dit qu’elle a été très loin dans ses recherches, qu’elle a découvert un « putain de secret » Enorme. Et qu’ «Ils» vont la faire disparaître.
Au petit matin il téléphone à la police de Marseille. L’équipe de la commissaire Aïcha Sadia vient de se rendre sur les lieux où a été découvert le corps d’une femme calciné, près d’une gare. Thomas enfile un jean, un polo noir et file à Marseille.

Entre ces deux morts à 75 ans d’écart, une histoire qui s’insère dans la démocratie espagnole naissante. La lutte de Felipe Gonzales contre l’ETA, la création des GAL, escadrons de la mort à la solde du gouvernement espagnol, à la suite du refus de François Mitterrand de collaborer à la lutte contre l’ETA sur le territoire français. Et puis aussi la passion dévorante d’une jeune femme pour le poète Garcia Lorca.
Des personnages bien trempés. Une intrigue riche, complexe mais que l’on suit sans se perdre. Un polar qui file à deux sangs à l’heure. Nuit blanche assurée…
n.b. Ce polar a obtenu le Prix Cezam Inter Comités d’entreprise 2014, prix attribué par unjury de plus de 3500 salariés répartis sur toute la France. Il vient de paraître en format poche.
Vous hésitez encore ?