borgesteinde Sergio Bizzio, traduit de l’espagnol (Argentine) par André Gabastou, aux éditions Bourgois, 12€

Agressé à deux reprises par un ancien patient en cavale répondant à l’étrange nom de Borgestein, le psychiatre Enzo décide de se réfugier un temps dans une demeure isolée à la montagne. Idyllique au premier abord, ce paysage se révèle menaçant, avec la présence d’un puma et le bruit assourdissant d’une cascade qui manque de rendre fou le nouveau résident. Surgit une série de personnages insolites : de jeunes poètes désoeuvrés, une journaliste tenace et son mari armé jusqu’aux dents, ou encore un perroquet accro à l’électricité qui passe ses journées avec la patte dans la prise… Oscillant constamment entre suspens et histoire d’amour, ordinaire et fantastique, Sergio Bizzio bâtit avec virtuosité un récit où se mêlent drôlerie et inquiétante étrangeté.