de Lydie Salvayre, aux éditions Seuil, 17€

Peut-on être le scribe de la personne dont on partage la vie ? Lydie Salvayre s’essaye à ce jeu dangereux, et c’est plutôt réussi.
Bien fou serait celui qui chercherait dans cette mise en abyme –ce que LS nous dit de ce que BW lui a dit- une autre vérité que littéraire : c’est d’un personnage de roman qu’il s’agit et peu importe peut-être qu’il existe vraiment. Et pourtant il est là avec ses passions, ses colères, ses cauchemars, il fait désormais partie des figures qui nous habitent.
On glosera ailleurs certainement sur ses démêlés avec le monde de l’édition, ses voyages himalayens, ses amours : la machine médiatique a besoin de ces clés pour se donner l’illusion de comprendre. Ce qui nous importe plus que tout ça, c’est l’exploit discret de Lydie Salvayre : nous faire, avec beaucoup de sourires et ce qu’il faut de belle gravité, partager son attachement pour cet homme –finalement bien loin de n’être que de papier… (P)

Paru en août 2009. Roman. 14×21 Cm. Broché. 206 pages.