cassandrade Todd Robinson, traduit par Laurent Bury, aux éditions Gallmeister, 17.50€

C’est un premier roman. L’auteur Todd Robinson est un ancien videur de boite de nuit. Il est aussi rédacteur en chef d’une revue américaine de littérature policière et noire et barman à New York.
Boo et Junior sont deux copains d’enfance qui se sont connus à l’orphelinat et ne se sont plus quittés. Ils ont créé une entreprise 4PC (Plans Pourris Pour Pas Cher) spécialisée dans la sécurité des bars et des boites de nuit. « A nous deux, on pouvait faire la police sans mal au milieu de quelques dizaine d’ados squelettiques. On était moins des videurs que des baby-sitters, avec notre poids combiné de deux cent quinze kilos (surtout les miens) et nos dix mille dollars de tatouage (surtout les siens) » Un soir ils sont au Cellar, une boite dont ils assurent la surveillance. Une jeune femme se présente, Kelly Reese. Son employeur, dont elle se refuse à révéler l’identité, aimerait avoir recours aux services de leur entreprise pour rechercher sa fille disparue depuis une dizaine de jours. Boo est réticent ; il ne travaille pas sur les disparus. Kelly Reese précise que son employeur souhaite que les médias ne s’emparent pas de l’affaire c’est pourquoi il souhaite leur confier cette mission. Une enveloppe contenant la photo de la disparue, une grasse somme d’argent… et voici Boo et Junior lancés sur les traces de Cassandra. Une quête où les biceps ne suffiront pas… Jouer les brutes ça va pour empêcher des abrutis de rentrer dans une boite mais ça ne suffira pas pour ce qu’ils vont découvrir.
Boo et Junior c’est un mélange de bon et de mauvais. Ils aiment beaucoup cogner mais pas sans raison. Eux qui ont déjà connu une vie pas facile là ils vont s’en prendre plein la tronche.
Un bon roman noir avec nombreux rebondissements et une intrigue qui se complexifie au fur et à mesure des pages. Une écriture alerte, des dialogues vifs. Et pas mal d’humour.