de Christophe PAVIOT, aux éditions Naïve, 12€

On pensait avoir tout lu, tout vu, tout écouté, sur le leader du groupe de rock le plus emblématique des ces vingt dernières années. Oh, il restait bien quelques demo tapes et quelques extraits de carnets intimes, exhumés avec parcimonie aux dates anniversaire par l’épouse du défunt – mais ce n’est pas ce qui nous importe. Car ce que nous livre Christophe Paviot, qui a manifestement plus vécu que conceptualisé le rock, est un ouvrage empreint d’une telle hargne qu’il mérite sa place parmi les (bons) livres consacrés à Nirvana. Il ne s’agit pas ici d’un documentaire sur la vie du groupe et de son guitariste/chanteur, mais plutôt d’une fiction réaliste, narrée du point de vue de Kurt Cobain. Là où le vacarme de cette âme poétesse était subtilement renversé par la mise en scène contemplative d’un Gus Van Sant (on se souvient du silencieux Last Days, autre fiction – mais en images – sur feu Cobain), l’écriture de Paviot prend le lecteur à la gorge, le plonge dans la sueur des concerts, les relents de bière et les montées d’héroïne, et ça tâche… Le récit détourne la carrière du groupe ; en se basant sur ce postulat étrange, selon lequel le groupe n’a réussi à signer de contrat pour aucun de ses albums, l’auteur enfonce encore le destin de Cobain dans un espèce de drame subversif, une eschatologie sombre dont on ressort avec les mains tremblantes et l’envie de casser une Fender sur scène.
(Aurélien Vinés)

Paru en janvier 2008. Roman. 15×19 Cm. Broché. 152 pages.