de Don Chaon, aux éditions Albin Michel, 23€

Lucy, adolescente dépressive, suit les cours d’histoire des Etats-Unis dispensé par George Orson, un nouvel enseignant qui a une forte présence : vêtements noirs, yeux verts et une façon de regarder les gens bien en face et de sourire aux élèves comme s’ils faisaient tous ensemble quelque chose d’interdit.
Quelques jours après que Lucy ait obtenu son diplôme d’études secondaires, ils quittent la ville, tous les deux, en pleine nuit, dans la superbe Maserati de George Olson. Personne ne sait qu’ils s’en vont, personne ne sait où ils vont.
Lucy est majeure, 19 ans, ses parents sont morts et elle n’a pas de véritable ami. Elle a une sœur aînée, mais elles n’ont jamais été proches. Elle a des tantes, des oncles, de cousins avec lesquels elle parle rarement.
Quant à George Olson elle ne lui connait aucune famille.
Ils s’installent dans la maison où les parents de George Orson avaient vécu. Près d’un lac asséché. Rien de très romantique. « Le temps que l’agitation retombe un peu » lui dit George. « Sois patiente, fais-moi confiance ».

Le frère jumeau de Miles, Hayden, a disparu depuis plus de dix ans. Miles, 31 ans, avait décidé de renoncer à le rechercher. Il était temps de laisser tomber. De vivre sa propre vie. Mais voilà qu’il reçoit une lettre de son frère et décide de partir pour aller au bout du Canada, là où la lettre a été postée, à Inuvik, une ville sur laquelle son frère Hayden avait beaucoup écrit, persuadé qu’elle était l’emplacement d’importantes ruines archéologiques. Miles obtient de son employeuse, tout d’abord réticente, trois semaines de temps pour lui et part à la recherche de Hayden, son jumeau schizophrène qui a un sens pratique exceptionnel pour brouiller les pistes, changer d’identité et apparaître aux yeux des gens comme une personne éminemment normal. Et même qui présente bien.

« On est en route pour l’hôpital », dit le père de Ryan. Sur le siège, entre son père et lui, il y a sa main sectionnée qui repose dans une glacière.
Ryan a appris sur le tard que son oncle était en fait son père biologique, que sa mère biologique était morte lorsqu’il avait trois ans, et qu’il avait été élevée par la sœur de son père biologique et son mari. Il a quitté ses parents et est parti avec l’oncle Jay, son père biologique. Ils vivent dans une cabane minable où le seul luxe est l’installation informatique. Ryan ne comprend pas très bien le projet dans lequel ils sont embarqués. Il sait que c’est illégal, une arnaque, mais le véritable but lui échappe.

Lucy, Miles, Ryan trois personnages totalement étrangers les uns aux autres dont les destins vont s’entrelacer de manière vertigineuse.
Un suspens psychologique très réussi par l’auteur de Parmi les disparus

416 pages.