de Halfdan W. Freihow et Traduit du norvégien par Ellen Huse Foucher, aux éditions Gaïa, 16€

L’autisme est un trouble envahissant du comportement qui influe sur tous les événements et toutes les relations de la vie quotidienne. Cette maladie, sans doute liée à un mauvais développement du système nerveux, touche des fonctions centrales, comme la capacité à communiquer et à comprendre l’interaction sociale.
Ce texte émouvant, parfois drôle et espiègle, parfois profondément triste, toujours sincère, est une lettre qu’un père adresse à son fils Gabriel, autiste. Il lui raconte sans détour les difficultés rencontrées face à ses « problèmes », face à une maladie que l’on commence à peine à comprendre et dont on ignore encore tellement. Il témoigne, honnêtement, des joies et des peines. Il dit tout l’amour qui unit la famille, mais il avoue aussi que parfois, cette vie-là devient insupportable…
Mais Cher Gabriel n’est pas seulement une lettre, c’est le récit d’un écrivain, et quel écrivain ! Alors que ce n’est que son premier texte, Halfdan W. Freihow, traducteur, critique littéraire et éditeur norvégien, semble avoir compris l’essentiel. Il n’hésite pas à explorer les profondeurs de sa vie familiale, les tréfonds de ses propres sentiments et pensées, pour nous livrer un témoignage magnifique, authentique, qui parvient en quelques mots à illuminer nos larmes de rires, qui nous entraîne sur ces îles norvégiennes balayées par le vent, à la recherche du trésor des pirates, et qui, surtout, nous redonne un peu de confiance dans la nature humaine !
(Marianne Kmiecik)

Paru en mars 2012. Roman. 13×22 Cm. 144 pages.