de Benoît Reiss, aux éditions Cheyne, 17€

Joseph Tassël est un écrivain du début du XXème siècle qui a fait de la rêverie « un métier personnel et sérieux ». Il écrit beaucoup : à un ami, à Esther, à son éditeur M. Mascheks, à M. Vinckel, directeur de l’entreprise Vinckel, à Joséphine, sa mère, à M. Wolffà, à Mlle Hätzel, à Mme Fanek,… Il tient aussi un journal.
Il est invité à aller présenter son livre Mes Compagnies à B…la ville de son éditeur. Il imagine déjà d’être réveillé en pleine nuit par une foule qui entonne sous sa fenêtre « Tassël, Tassël ». La tête lui tourne. Il donne un congé de treize jours à Mlle Hätzel.

Après ce séjour à B…il écrira dans son journal : Non : quand je dis que mon séjour à B… a été un cauchemar, je ne dis rien encore. Les mains moites d’hypocrisie que j’ai dû serrer. Les grosses pognes de truands des gens de lettres (…) Je ne retournerai pas à B…Pourtant, à la demande de son éditeur, il retournera à B… Vous vous demandez peut-être de quoi traite ses Compagnies ? Ce sont des petits textes très brefs qui présentent plusieurs objets que j’ai chez moi et qui me tiennent compagnie, ce qui explique le titre du livre. De quoi déchaîner l’enthousiasme de l’auditoire lorsqu’il donne des lectures…

Fragile, épris de littérature comme d’un absolu – mais d’un caractère bien différent de celui de BW dont Lydie Salvayre fait le portrait (cf. ci-dessus) – solitaire par choix, d’une naïveté désarmante, émouvant, allant de pension en hospice – il est frappé d’un mal d’ordre psychique dont il endure, impuissant, les souffrances – il va échapper peu à peu à l’existence.

Une biographie très réussie qui n’est qu’une… fiction puisque Joseph Tassël n’a jamais existé…

Benoît Reiss est né à Lyon en 1976. Il vit à Tokyo. Son premier livre L’Ombre de la fable a été publié en 2004 chez Cheyne éditeur. La même année est sorti chez Albin Michel son recueil de contes Aux origines du monde.