de Dario Frances chini et Traduit de l’italien par Chantal Moiroud, aux éditions L’Arpenteur, 13€

Une nuit, Primo Bottardi est réveillé par l’impérieuse nécessité de répondre à une question que lui a posé quarante ans plus tôt un camarade de classe. Il le sait : quand l’heure sonne personne ne peut s’y soustraire.
La remontée du Pô, dans ces terres de brouillard et de fantômes, croise, sous la figure tutélaire de l’esturgeon, un vieil instituteur, un charretier et son cheval mélancolique, un magicien venu des fêtes d’autrefois, une passeuse de fleuve, Charon récalcitrante… De méandre en méandre le récit multiplie les légendes inventées et les souvenirs mythifiés. L’écriture est somptueuse, on voudrait se rappeller toutes ses trouvailles (ah, “l’odeur de pain chaud des yeux des nouveau-nés”). Un pur moment de littérature dans la veine (d’argent) du “réalisme magique”.

Paru en mai 2008. Roman. Tout public. 12×19 Cm. Broché. 151 pages.