de Florence Cestac et Tonino Benacquista, aux éditions Dargaud, 13.95€

Des Salopes et des Anges est dédié à Simone Veil et à toutes les signataires du manifeste des 343 salopes de 1971. Le ton est donné ! C’est une histoire vieille comme le monde que celle du droit de la femme à disposer d’elle-même, notamment sur la question de la maternité.
« Je sais pas qui a dit « jouissez sans entrave », mais ça devait être un mec. Les entraves c’est toujours pour nous… ». Sur un ton parfois décalé, drôle souvent, mais surtout toujours sincère, Tonino Benacquista et Florence Cestac relatent la véritable expédition de ces femmes qui, en 1973, montent dans un bus, direction Londres, pour se faire avorter, parce que là-bas, c’est autorisé. Odile, Anne-Sophie, Maïté… toutes ont des histoires différentes mais toutes ont des raisons d’être là : celle-ci qui a été abandonnée par son compagnon, celle-là qui ne peut subvenir aux besoins de sa famille, ou cette autre encore qui porte en son ventre le résultat d’un viol… Pendant les quelques heures que dure le trajet, les pensées, elles, sont toutes semblables ; la peur, le doute, la culpabilité, la solitude, les remords, les regrets, la honte…
Le scénariste et la dessinatrice reviennent dans cet album de bande dessinée sur le long combat qu’ont mené les femmes pour obtenir le droit à l’avortement. L’avocate Gisèle Halimi, l’écrivaine Simone de Beauvoir, la femme politique Simone Veil, et tant d’autres anonymes finiront par obtenir gain de cause en 1974, lorsqu’enfin est légalisé le recours à l’interruption volontaire de grossesse.
Un livre à mettre entre toutes les mains !

(Marianne Kmiecik)

Paru en octobre 2011. Bd. 25×32 Cm. 46 pages.