de Jonathan Coe et Traduit de l’anglais par Josée Kamoun, aux éditions Gallimard, 8.9€

Célèbre auteur britannique, Jonathan Coe est réputé pour les constructions complexes de ses romans. Les destins de nombreux personnages s’y entrecroisent toujours, à différentes époques, en surprenant infailliblement le lecteur.
Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit dans Désaccords imparfaits. Ce recueil reprend l’ensemble des nouvelles que Jonathan Coe a écrites au cours des quinze dernières années… soit quatre petits textes seulement ! Mais même si le genre diffère, l’essentiel reste : la plume. Et nous voici embarqués, menés de force là où l’auteur le souhaite, le souffle court et l’œil hagard.
Jonathan Coe fait resurgir les fantômes du passé : lors d’une visite sur la tombe de grands-parents pour Gill et son frère, ou au cours d’un festival de films d’horreur pour William. Si quelque uns de ces personnages regardent avec une certaine mélancolie leurs années passées, d’autres, au contraire, ont des regrets… Personne n’échappe aux infinis questionnements des possibles : et si…, si, à ce moment-là, à cet instant précis, j’avais osé prononcer une autre phrase, si j’avais choisi cette voie plutôt que celle que j’ai finalement suivie, ma vie n’aurait-elle pas été complètement chamboulée ?
Jonathan Coe excelle dans l’art de chercher ce qui semble perdu, que ce soit notre propre passé ou un objet oublié. Mais les choses ne doivent-elles pas parfois rester perdues pour conserver leur mystère ?
(Marianne Kmiciek)

Paru en mars 2012. Nouvelles. 14×21 Cm.