enFinir2de Edouard Louis, aux éditions Points, 6.90€

Quelle malédiction que de naître dans une famille de prolos du Nord de la France ! On quitte vite l’école pour l’usine et pour se marier parce que la fille est enceinte. On boit dru, on cause dru, on cogne dru – sur les copains, sa femme, ses enfants -, on maudit les bourgeois, les arabes, les pédés, on s’use prématurément et s’ensuit le chômage avec 700 € d’allocations pour 7 bouches à nourrir.

Et bien, il y a pire malédiction : naître « pédé » justement, dans ce milieu qui met au pinacle la virilité au point que même « les filles ont des couilles au cul », que toute marque de tendresse, tout signe de sensibilité est banni.

Voilà ce qui est arrivé au héros de ce livre, Eddy Bellegueule, qui dès la petite enfance fait des manières et préfère au foot les poupées de sa sœur. La honte de la famille ! Et un lot quotidien d’humiliations et de souffrances pour l’enfant puis l’adolescent qui tente sans succès de ressembler aux copains. Jusqu’à son évasion : une bourse pour continuer ses études comme pensionnaire dans la grande ville.

Eddy Bellegueule, c’est l’auteur lui-même qui pour en finir avec son passé se nomme maintenant Edouard Louis, étudiant de 21 ans à l’Ecole Nationale Supérieure, jeune prodige qui a déjà publié un livre sur Bourdieu l’an passé aux PUF.

On est sidéré par ce témoignage, par sa puissance et sa maturité. Il mêle émotion et intelligence, souvenirs et mise en perspective sociologique, sans ressentiment ni auto-compassion.

Extrait :

En vérité, l’insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n’a été que seconde. Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Très vite j’ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.

>> Achat en ligne