de Miguel Sousa tavares, aux éditions Points, 8€

Luis Bernardo Valença, 37 ans, brillant, dilettante mais enclin à la mélancolie, profite à plein de la vie de Lisbonne en ce début de XXème siècle. Aimant les femmes et aimé d’elles il vient de séduire Matilde, une femme mariée pour laquelle il éprouve une vive passion, lorsque le roi D. Carlos le nomme Gouverneur des îles de Sao Tomé et Principe, possessions portugaises perdues dans le golfe de Guinée, dont la ressource principale est le cacao, principalement exporté en Angleterre.
Une mission impossible lui est confiée : celle de convaincre les colons d’assouplir les conditions dans lesquelles ils exploitent la main d’œuvre venue d’Angola et du Cap Vert. Les anglais, en effet, menacent de cesser leurs importations si les travailleurs recrutés en Angola ne peuvent retourner chez eux, signe de pratiques esclavagistes qu’ils dénoncent.
Luis Bernardo renonce aux plaisirs de la vie à Lisbonne, s’embarque pour ces îles du bout du monde, les parcourt des semaines durant pour se rendre compte de la situation. Très vite il se met à dos les colons.
Arrivent un émissaire nommé par les anglais et sa femme d’une troublante beauté. Ce jeune couple vient des Indes ; c’est là qu’ils se sont rencontrés et aimés, ce qui nous vaut un fulgurant coup de foudre et de très belles pages sur l’Inde. C’est dans ce pays compliqué que ce brillant diplomate, a vu sa carrière au démarrage fulgurant stoppée net par une faute grave, impardonnable, qui lui vaut cette mission dans ces îles oubliées.
Tous les trois sympathisent. Et vite le drame se noue.
Les personnages fort bien campés et attachants sont confrontés à de vrais dilemmes, à des conflits d’intérêt déchirants. L’auteur est autant à l’aise pour décrire la situation politico-économique des îles en question, que pour analyser les tourments et les passions vécus par ses personnages.
Me croirez-vous si je vous dis que ce roman très maîtrisé, excitant et passionnant, est un premier roman ?

Aux editions Points (Seuil), 8 €

Paru en février 2007. Roman. 560 pages.