de Thomas Vinau, aux éditions Alma, 14€

L’histoire de ce jeune couple qui restaure la maison où lui a passé son enfance est d’une évidence lumineuse, tant les tourments de l’esprit s’y dissolvent dans les scintillements de la nature. La mort de son père, et l’amnésie qui s’en est suivi, la dépression qui le guette à chaque pas, c’est cela que le narrateur est venu affronter dans cette maison qu’il faut sauver des ronces et de la ruine. Ses outils : une volonté obstinée, à l’image de la rivière qui traverse ces pages ; une ouverture rayonnante, quasiment panthéiste, aux gens, aux animaux et aux plantes -à la vie; et l’amour d’Ema, l’amour pour Ema, partagé, total, solaire.

On ressort du beau récit de Thomas Vinau comme son héros : apaisé, réconcilié avec le monde.