JeVeuxChapeaude Jon Klassen, traduction Jacqueline Odin, aux éditions Milan, 12€

C’est une randonnée, nous suivons un ours débonnaire et pragmatique à la recherche de son chapeau.

Tout l’humour du livre repose sur la répétition de sa quête et la réponse des animaux qu’il croise sur son chemin, un renard, une grenouille, une tortue, un serpent… Obsédé par sa question, il passera devant lui sans le voir, posé sur la tête d’un lapin, et continuera son bonhomme de chemin. Il s’allongera désespéré, quand un cerf prêt à l’aider, lui demandera de le décrire. La chute arrive enfin, pleine de drôlerie.
Le jeu avec la couleur rouge, dans la typographie puis au moment où l’ours réalise enfin ! «  Mais je l’ai vu, mon chapeau ! nbsp;» résonne en connivence avec le lecteur. Des images dépouillées et statiques simplement animées par l’expression des regards renforce le côté spirituel de l’histoire. On peut le relire à l’infini, la mécanique fonctionne à chaque fois. Chapeau ! pour ce drôle de livre.