de Michel Baglin, aux éditions Pascal Galodé, 16.90€

Clément, la quarantaine pacifique, exerce la profession d’architecte à Toulouse. Son seul souci : sa fille, Anna, vient de faire une seconde tentative de suicide, suite à un viol jamais élucidé.
Un mauvais matin, son univers s’écroule : sa femme le trompe avec son ami et associé. Abandonnant boulot et maison, le voici errant dans la ville au volant de son camping-car, sa coquille d’escargot. Dans un quartier mal famé, où il avait traité dans le temps une affaire douteuse, il se fait braquer par un jeune homme. Et le roman bascule dans le policier, voire le roman noir.
Clément se lie d’amitié avec des jeunes SDF, menacés dans leur squat par des punks violents et un promoteur sans scrupules. En voulant les aider, il va peu à peu découvrir des liens avec le viol de sa fille…
Le suspense rebondit sans cesse dans ce polar bien ficelé, oscillant de tendresse à violence, écrit par un poète. La ville de Toulouse, et notamment le toujours romanesque port de l’Embouchure, occupe une place importante dans cette quête d’un père en mal de réparation.
Avertissement : il est dangereux d’exhumer le cadavre du placard!
« C’est toujours la même histoire avec les mots, il faut les remplir de sang et d’angoisse pour qu’ils prennent du poids. Je vais devoir m’y faire : j’ai atteint ce moment de la vie où l’on commence sérieusement à les lester.
Et Anna, quel poids leur donne-t-elle, avec seulement ses vingt ans pour les nourrir ? Je le sais : ils restent bloqués au fond d’elle. Comme des pierres. »

Paru en novembre 2009. Policier. 15×21 Cm. Broché. 250 pages.