ChanceQueTuAs2de Denis Michelis, aux éditions Stock, 17€

Un jeune homme est embauché comme serveur au prestigieux Domaine, un restaurant isolé au fond d’une forêt, connu des seuls habitués. Dès son arrivée, tout est étrange : personne ne semble au courant de son embauche, et pourtant, nul ne s’en étonne non plus. Il est immédiatement mis au travail, plongé au cœur du tourbillon du personnel. Très vite, il est violemment rabroué, sans raison apparente, tant par ses supérieurs que par ses collègues. Dans cet univers incompréhensible, même le temps semble détraqué et, jour après jour, les vexations dont il est victime s’aggravent. Il y a indubitablement du Kafka dans ce court roman, tant dans le lieu et les personnages, que dans l’innocence et la souffrance du jeune serveur. Au-delà de ce destin singulier, le livre donne une vision très sombre du monde du travail et de la réalité en général, quand, par temps de crise, on se croit obligé de tout accepter à cause de « la chance que [l’on a] » d’avoir un emploi. Fable glaçante, ce premier roman est une merveille de noirceur.

Une vraie réussite.