de Gisèle BIENNE, aux éditions GALLIMARD, collection L’un et l’autre, 14.50€

Gisèle Bienne lisait Blaise Cendrars dans sa chambre d’étudiante, La prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France. Des années plus tard elle est au cœur de la Champagne pouilleuse, au lieu dit « la Ferme de Navarin », là où Cendrars eu la main droite arrachée par un éclat d’obus, au cours de l’offensive stupide décidée par Joffre et qui fit cent quarante mille morts. Entre ses propres souvenirs et ceux de Cendrars, elle explore avec une écriture pudique et émouvante l’attachement qui l’unit à lui, selon le principe de l’excellente collection « L’un et l’autre ».

Aux editions GALLIMARD, collection L’un et l’autre, 14.5 €

Paru en janvier 2008. Essai. 12×21 Cm. Broché. 130 pages.