de Julien Syrac,
Ed. La Différence, 16€.

La Halle est une fable contemporaine, réaliste et endiablée, qui raconte la cohabitation laborieuse d’hommes et de femmes dans une halle grande comme le monde, où ils viennent travailler, boire, manger et tenter de rêver. Le rêve, pour certains, c’était encore la galerie d’art au premier étage de la Halle. Mais elle fermera ce soir, bientôt remplacée par un supermarché végétalien. Dans le microcosme de la Halle, l’annonce de ce changement de voisinage fait l’effet d’une secousse : bref on en parle, on juge, on prend parti. Depuis son étal et dans l’attente d’une surprise qui tarde à venir, le vendeur de saucissons, ami du galeriste sacrifié, fait la chronique de cette journée où tout s’accélère, révélant quelles illusions, peurs et rancunes agitent la faune de la Halle, si désespérément humaine. Or au procès du sacrifice on ne trouve ni coupables, ni accusés, car c’est la Halle seule, ce Moloch, qui décide du sort des enfants qu’on lui jette. Qui aura le courage d’abattre la bête ?