methode_arbogastde Bertrand de La Peine, aux éditions Minuit, 13.00€

La méthode Arbogast pourrait tout aussi bien s’intituler Tintin et les grenouilles dorées de la Montagne d’Ambre, tant on se retrouve dans l’univers rocambolesque et incroyable des BD de l’école Belge. D’ailleurs on est à Bruxelles.

Tintin, ce serait Valentin Noze, tombé sur la tête à la suite d’un enchaînement malencontreux de broutilles. Pour calmer sa migraine, il s’abandonne aux mains du Dr Arbogast qui pratique l’hypnose et la décoction de grenouilles malgaches. Dans la place, Sybille, qui se fait passer pour secrétaire, est de fait une militante de l’association Libertalia qui lutte pour la défense d’espèces menacées. Et nous voici à Madagascar où l’on se réveille à fond de cale, après avoir été assommé par des contrebandiers. Un cyclone plus tard tout finit bien.

La rapidité de l’écriture est pour beaucoup dans le plaisir à lire Bertrand de la Peine : tout cela est troussé en moins de 120 pages… On peut aussi parler des nombreux clins d’œil à la peinture (Valentin rêve d’être iconographe), d’autres encore à l’édition et à la librairie, dont une méthode de mémorisation des couvertures de livres qu’il faudra songer à faire breveter. Il y a enfin une allégresse, une façon subtile de ne pas se prendre au sérieux qui emporte l’adhésion. La méthode Arbogast ne guérit pas que les migraines : elle soulage aussi diablement de la morosité !