de Paolo Giordano et Traduit de l’italien par Nathalie Bauer, aux éditions Seuil, 21€

Non il ne s’agit pas d’un traité de mathématiques écrit par un jeune et brillant physicien. Oui il s’agit bien d’un roman que vous allez dévorer tout comme les italiens qui lui ont réservé un accueil enthousiaste ( Prix Strega + plus d’un million d’exemplaires vendus…)
Alice Della Rocca boite: elle a une jambe raide à la suite d’une mauvaise chute de ski. Elle est anorexique.
Mattia est retranché dans son monde, depuis que sa jumelle Michela, dont la tête est défectueuse, a disparu un soir dans un parc où il l’avait temporairement abandonnée. Tu vas t’asseoir ici et m’attendre. Pas longtemps, une petite demi-heure.
Il est très brillant en classe mais n’a pas d’amis. Son père a renoncé depuis longtemps à pénétrer son univers obscur. Il préfère les maths à tout le reste; il est fasciné par les nombres premiers, surtout ceux qui ont un jumeau, un nombre premier séparé du suivant par un nombre pair (11 et 13, 17 et 19, 41 et 43 par exemple) qui les empêche de se toucher…
Nous allons suivre Alice et Mattia durant vingt-quatre ans de 1983 à 2007; sept tranches de leurs vies nous seront relatées. Ces deux adolescents au même passé douloureux, à la même solitude à la fois voulue et subie, qui se sont construits des barricades pour se protéger des autres, arriveront-ils à se découvrir l’un l’autre ?
Impossible de poser ce livre tant on est accroché au destin de ces deux personnages auxquels on s’attache de plus en plus au fur et à mesure que se déroule ce roman à la fois brutal et délicat et tant l’auteur sait faire monter la tension.

330 pages.