de François Cheng.
Ed. Gallimard. 162 p. 16 €.

vraie-gloire-est-ici-2Recueil de poésie de François Cheng. François Cheng est né en 1929 en Chine ; il vit en France depuis 65 ans. Il a publié des romans, des essais, des méditations, des poèmes, parmi lesquels Le Dit de Tiany, L’éternité n’est pas de trop,…

Lors de l’émission La grande librairie du 13 novembre 2015 François Cheng a présenté son livre.

La gloire du titre n’est pas celle de la popularité, du triomphe social, vous l’aurez compris, mais celle de la création. François Cheng cite Malraux : « Une vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie », ce qui lui permet d’affirmer que La vraie gloire est ici.

Il rappelle aussi que Rilke, en 1926, peu avant de mourir, disait « En dépit de tout la vie est une gloire ». L’avènement de l’univers et de la vie, cette aventure unique, mérite le titre de gloire. Triomphe du Tout sur le rien. Tout cela forme un ici et maintenant au sein du courant éternel. Pour François Cheng vivre, cette aventure unique, mérite le titre de gloire. Il a été rimbaldien « La vraie vie est ailleurs » mais maintenant il pense qu’Ailleurs c’est ici et maintenant. L’éternité se ramasse toujours en un ici et maintenant.

La mort n’est point notre issue. Pour François Cheng la mort est une ouverture. Sans la mort pas de perspective de transformation, on resterait au même niveau. La mort nous offre une chance d’atteindre un ordre supérieur d’être.

Disons de suite que la poésie de François Cheng n’est pas une poésie ésotérique mais une poésie écrite dans une langue épurée, limpide. C’est une poésie qui fait l’éloge de l’instant présent. C’est un éveil à la beauté de la nature. Un accueil de l’éphémère. Il suffit de la splendeur d’un soir pour que résonne soudain l’univers entier.

Les poèmes sont regroupés en trois grandes parties :

Par ici et maintenant : possibilité de vraie vie ; Lumières de nuit : face sombre et tragique de l’existence ; Passion.

Extrait du dernier poème :

Je me lèverai et j’irai vers toi,
Enjambant l’abîme d’un pas résolu, ignorant
Toutes distances qui séparent.
Je sais que tu es proche,
Que je dois te chercher
Au plus intime de moi.

 

Des vers à déguster, à méditer qui donnent au présent tout son intensité.