Nous reproduisons ici le courrier de Jean-Pierre Siméon que nous avons reçu.

Chers Amis,

Un point sur la situation : malgré les nombreuses interventions, notamment d’élus, parlementaires, maires, conseillers généraux etc… le ministère de l’éducation nationale n’a pour le moment fait aucune réponse à ma proposition de s’engager par écrit à combler le déficit créé par le défaut de 60.000 € en 2012 sur le budget 2013.
Je tiens à redire que si Benoît Pichard, le Chef de cabinet du ministre, dans le seul entretien qu’il nous a accordé, nous a affirmé la volonté de poursuivre le soutien au Printemps des Poètes, cela ne constitue en aucun cas les « assurances » dont il se prévaut dans le courrier qu’il a adressé à ceux qui ont écrit au ministre (aucun chiffre, aucune date, c’était plutôt « on verra »). Pourquoi, dans le cas contraire, ne pas faire état, par écrit, de ces assurances, comme nous le réclamons en vain ?
Nous continuons donc à demander une réponse au ministre , et un engagement écrit à résoudre les difficultés financières du Printemps des Poètes, dont nous rappelons qu’elles ne sont pas un fantasme, mais une réalité objective.
Vous trouverez ci-dessous le texte de la tribune parue ce 8 novembre dans le journal Libération (lire l’article), signée par des personnalités qui soutiennent avec détermination notre demande.
Nous souhaitons que le plus grand nombre d’entre vous ajoute sa signature, pour en faire une large pétition qui sera sans doute un nouvel atout pour contraindre nos interlocuteurs à prendre une décision.

Quoiqu’il en soit, nous vous appelons à préparer, plus que jamais, le Printemps des Poètes 2013, comme nous le faisons nous-mêmes, pour un faire un éclatant manifeste de la présence de la poésie, notamment le 9 mars, avec une immense opération « Place au poème » sur tout le territoire,  en espérant que ce ne sera pas notre dernier mot.
Jean-Pierre Siméon, directeur artistique
et l’équipe du Printemps des Poètes