de Dominique Louise Pélegrin, aux éditions Dialogues.fr, 17.50€

Il y a des livres qu’on aurait aimé avoir écrits. Bien sûr pour leurs qualités d’écriture, mais surtout parce qu’on se sent en affinités avec leur façon de regarder le monde. J’avoue que j’aurais aimé être l’auteur du recueil de nouvelles Le Rossignol Vainqueur.
La créatrice attitrée s’appelle Dominique Louise Pélegrin, une baroudeuse, ex-grand reporter. Elle a ramené dans ses valises, des ambiances et des petits détails de la vie quotidienne. Et de ses collectes, elle a tiré des histoires inspirées par des pièces pour clavecin de François Couperin. Parmi celles que j’aime le plus, il y a celle à la japonaise, dont le titre est La jalousie taciturne sous le domino gris de maure, sous-titre lentement et mesuré. Elle raconte les réactions d’une épouse soumise le jour où son cher mari lui annonce gentiment qu’il est temps qu’il prenne une maîtresse. Il y a aussi celle à la grecque : un vieil homme que la Mort vient chercher pendant qu’il boit son ouzo dans le plus beau café d’Athènes, Mort qui a pris les traits d’une fillette à jupe bleue. Mais je vous recommande aussi les moins exotiques, celle, édifiante, qui se passe dans une ferme du bordelais, ou celle, cruelle, qui se situe dans le milieu de la haute couture parisienne.
Dégustez Le Rossignol Vainqueur, publié par Dialogues.fr, un éditeur qui est aussi un libraire !
(Danielle)

Paru en février 2011. Nouvelles. 14×21 Cm. 185 pages.