de Henning Mankell et Traduit du suédois par Anna Gibson, aux éditions Seuil, 21.50€

Délaissant à nouveau son célèbre commissaire Wallander, Henning Mankell, revient avec un roman intimiste sur la solitude, l’amour et la rédemption.

Fredrik Welin, soixante-six ans, vit reclus depuis douze ans, seul sur une île de la Baltique, porteur d’un souvenir terrible qui le taraude en permanence. Tous les jours d’hiver il se plonge dans l’eau glacée pour sentir qu’il est encore en vie. Il tient un journal de bord : la chronique d’une vie qui a tourné court.

Un matin de janvier apparaît une silhouette noire sur fond de blancheur immense : Harriet, la femme avec laquelle il entretenait une passion brûlante mais qu’il a lâchement abandonnée, trente-sept ans auparavant, sans même un au revoir.

Harriet est venue lui demander de tenir sa promesse, la seule vraiment belle promesse qu’on lui ait faite de toute sa vie. Ils partent, traversent des paysages plongés dans l’hiver. Au cours de ce périple Fredrik aura une révélation, rencontrera un original bottier italien ainsi que deux femmes qui donneront un élan nouveau à sa vie.

Un roman singulier, sobre mais vibrant, à l’enjeu stimulant, avec des personnages complexes magnifiquement campés, qui empoigne le lecteur de bout en bout.

342 pages.