de Marcus Malte, aux éditions Gallimard (série noire), 19€

Le corps de Vera Nad, 26 ans, est retrouvé un matin dans un entrepôt désaffecté. Règlement de comptes entre dealers de drogue, conclut la police. Les coupables sont arrêtés. L’affaire est classée. Pas pour tout le monde…
Pas pour Bob. Un cas, ce Bob. Il conduit un vieux tacot, une 404 qui avait tant roulé qu’elle pouvait tracer sa route n’importe où. Une voiture qu’il aurait acquise juste après l’obtention de son permis, il y a quarante ans. Bob, il parle 17 langues ; il a été agrégé de philosophie dans une autre vie. Une passion qu’il avait tenté durant 20 ans de faire partager à quantité de petits cons bornés. Au final, le dilemme avait été soit de passer tous ces merdeux au lance-flammes, soit d’aller couler le restant de ses jours dans un des nombreux pavillons psychiatriques, annexes de l’Education nationale.
Il s’est reconverti en chauffeur de taxi. Il charge rarement un client. Il a de petits besoins. Dans sa 404 il y a des monceaux de cassettes, tout ce que le jazz a donné de meilleur depuis trois quart de siècle. Ce qu’il aime surtout c’est rouler la nuit. Seul ou avec un Black immense qu’on appelle Mister. Mister joue du piano dans un club Le dauphin vert. Un club dans la tradition. Il joue avec Pierrot Valentini à la contrebasse et Geoffrey Alexis dit « Timex » à la batterie. C’est le trio de choc du club. Depuis 5 ans.
Et tous les deux Bob et Mister vont tenter de savoir ce qui est vraiment arrivé à Vera Nad. Mister fonctionne à l’affect et à l’instinct, Bob lui c’est le pragmatisme et la rigueur. Vera Nad, originaire de ce que l’on appelait encore l’ex-Yougoslavie, venait écouter jouer Mister au Dauphin vert. Vera Nad consacrait la majeure partie de son temps à suivre des cours d’art dramatique. Des petits rôles. Des maigres cachetons. Des petits boulots : baby-sitting, ménages. Elle est aussi modèle pour artiste peintre. Selon ses agresseurs elle dealait. Elle aurait tenté de les blouser. Elle leur auraient présenté de comptes qui n’étaient pas juste. Elle a été aspergée d’essence puis brûlée vive.
Bob et Mister vont enquêter, à leur façon, pour connaître la véritable raison de cet assassinat.
Superbe roman noir. Une intrigue resserrée, pleine de fausses pistes et de rebondissements, un style ébouriffant – il faut lire le livre à vitesse réduite pour en savourer toutes les finesses et subtilités malgré l’envie de “savoir ce qui va se passer » – des personnages originaux très attachants, un rythme jazzie.
Bref un cocktail épicé qui devrait combler de nombreux lecteurs.

370 pages.