de Yves Lériadec , aux éditions L’Arpenteur, 12.50€

Tantôt les nouvelles d’Yves Lériadec évoquent directement l’enfance : à un mariage, le premier émoi d’un garçon d’honneur pour sa cavalière (Garçon donneur) ; les héroïnes de cinéma qu’on voudrait sauver et aimer (Consoler Maria) ; les parties de billes (La trajectoire) et les secrets de famille proprement insupportables (Les pages arrachées).
Tantôt c’est la trace que l’enfance laisse chez les adultes dont il s’agit : la mère malade qui devient notre enfant (Les bras tendus, nouvelle liminaire d’une profonde sensibilité) ; la sœur qui va mourir (Necker by night) ; le professeur de latin qu’on retrouve dans un hospice (Rosa, rosa, rosam). Et parfois c’est plus grinçant, l’héritage nous gâche la vie, que ce soit une maison avec une locataire indélogeable (Le sourire de Louise) ou l’ambition que les parents ont pour nous (Maman voulait).
La dernière nouvelle, Le jour du permis (c’est du permis de vivre dont il s’agit, sanctionné par un examinateur véreux), est un épatant mélange de cauchemar orwellien et de comique chaplinesque…
L’écriture précise, sans graisse, toujours dans le ton (agacement ou fascination, mélancolie souvent) permet à Yves Lériadec de s’inscrire d’emblée parmi les rares nouvellistes français dont on souhaite retrouver la fraternité.
(Ph.B)

Paru en septembre 2007. Nouvelles. Tout public. 12×19 Cm. Broché. 140 pages.