de Murielle Magellan
Ed Julliard, 19 €

indociles2«Ce n’est pas une romance, pense Olympe. On ne voit rien d’elle que ses mains, et pourtant on a la sensation de son emprise sur lui. Pas de l’amour ; du pouvoir. Olympe scrute. Sonde. Dans sa chambre ronde, assise en tailleur sur son lit, l’ordinateur entre ses cuisses, Jean-Sébastien Bach dans le casque, elle agrandit l’image. Une main, un dos. C’est le sujet du peintre. À l’arrière-plan, c’est de l’aquarelle noire. Elle aime cette main de femme. Elle aime ce dos rose d’homme. Musclé mais rose bonbon. Elle voudrait être avec eux. Dans le tableau. Surtout dans ce qu’on ne voit pas du tableau. »

Les Indociles dressent le portrait plus vrai que nature d’un don Juan au féminin, créature irrésistible et vénéneuse, toute en contradictions. D’une grande finesse, ce roman, qui n’est pas sans rappeler Les Liaisons dangereuses, nous livre une belle réflexion sur l’amour et sur la création artistique.