HexametreQuintiliende Elisa Vix, aux éditions Rouergue, 18.50

Qui a tué Yanis, le bébé de Leila, la mère célibataire du deuxième ? Où le crime peut-il bien avoir eu lieu, alors que dans ce petit immeuble où tout le monde se connaît personne n’a rien entendu ? Que penser de l’insistance que met la commissaire Beethoven, en charge de l’enquête, à prendre le thé chez Lucie, la journaliste en mal de piges ? Comment se fait-il que les vêtements de Kevin, l’ado perturbé du rez-de-chaussée, soient tachés de sang et que Pierre, son père, médecin urgentiste, dissimule des indices à la police ? Pourquoi Marco, le bellâtre du premier, manager d’une boutique numérique, s’intéresse-t-il soudain à Lucie ? Qui, où, quoi, quand, comment, pourquoi : c’est l’hexamètre de Quintilien, ce sont toutes les énigmes apparemment insolubles sur lesquelles bute Lucie. Pour éviter l’erreur par omission, elle virevolte d’un étage à l’autre, chroniquant les maux d’une poignée de locataires. Entre drame social et enquête criminelle, Élisa Vix croque avec adresse un chassé-croisé de personnages en crise… jusqu’au coup de théâtre final.