Mise en page 1de Franck Bartelt, aux éditions Invenit, 12€

” Edward Hopper (1882-1967) Nighthawks, 1942 ” : une carte postale, sa légende, et le commencement, voilà bien des années, d’une correspondance intime et inépuisable entre l’écrivain Franz Bartelt et cette toile panoramique du peintre des grandes solitudes. En observant ses personnages qui, dans la nuit, attirent la lumière mais créent vide et silence autour d’eux, Bartelt dénoue l'” impression de déjà-vu que lui inspire le tableau, à laquelle répondent des morceaux de ” poésie spontanée “, rêveries poétiques accumulées au fil du temps.
A travers le tableau de Hopper, Bartelt nous parle avec sincérité de notre étrangeté les uns avec les autres, avec nous-mêmes, de l’inéluctabilité de la nuit : ” Tout compte fait, ce n’est même peut-être pas tant la solitude que les solitudes, à chacun la sienne, de plus en plus impartageable à mesure que le temps passe, que la nuit gonfle et prend dans les quartiers la place de la vie. “