Tout le monde connait l’odeur des vieux livres, ce parfum enivrant qui hante les bibliothèques et les librairies d’occasion. De même, qui n’a jamais humé à travers les pages d’un livre neuf l’arôme vif du papier et de l’encre fraîchement imprimée ?

Comme pour tous les arômes, les parfums résultent de composants chimiques.
Pour l’odeur des livres neufs, il est difficile de cerner les compositions. Tout d’abord, il n’existe aucune étude sur le sujet. Deuxièmement, une grande variation de produits chimiques entre dans la fabrication des livres, ce qui explique que l’odeur varie d’un livre neuf à un autre.
Il est probable que de nombreuses odeurs de livres neufs peuvent être attribuées à trois sources principales : le papier lui-même (et les produits chimiques utilisés dans sa fabrication), les encres d’impression, et les adhésifs utilisés pour la reliure.

La fabrication du papier nécessite l’utilisation de produits chimiques à plusieurs étapes. De grandes quantités de papier sont fabriquées à partir de pâte de bois (mais il peut également être fabriqué à partir de coton et les textiles). Des produits chimiques tels que l’hydroxyde de sodium, peuvent être ajoutés pour augmenter le PH et faire gonfler les fibres. Celles-ci sont ensuite blanchies avec un d’autres produits chimiques, y compris du peroxyde d’hydrogène. Puis elles sont mélangées à de grandes quantités d’eau. Cette eau contient des additifs pour modifier les propriétés du papier, notamment pour améliorer sa résistance à l’eau.

Beaucoup d’autres produits sont également utilisés – ce n’est qu’un aperçu très approximatif. Le résultat est que certains produits chimiques peuvent contribuer par réaction à libérer des Composés Organiques Volatils (COV) dans l’air, les odeurs que nous percevons. Ceci est également valable pour les composants chimiques des encres et des adhésifs.
La grande variété de papiers, de colles et d’encres utilisées créera une multitude d’odeurs de livres neuf – peut-être la justification qu’aucune recherche n’a encore tenté de définir l’arôme.

 

Cependant, un arôme qui a suscité beaucoup d’études est celui des vieux livres. Et en premier lieu, l’étude des méthodes olfactives pour évaluer l’état des vieux livres, en contrôlant les concentrations des composés organiques qu’ils dégagent.

Généralement, l’odeur du vieux livre provient de la décomposition chimique du papier. En effet, il contient, entre autres, de la cellulose et de petites quantités de lignine – beaucoup moins dans les livres modernes. Ces deux produits proviennent des arbres. Les papiers les plus fins contiennent beaucoup moins de lignine, par exemple le papier journal. Dans les arbres, la lignine aide les fibres de cellulose à se lier pour constituer la solidité de bois. Elle est aussi responsable du jaunissement du vieux papier, car se décomposant en acides, elle oxyde la cellulose.

L’odeur du vieux livre est dérivée de cette dégradation chimique. Les papiers modernes font l’objet d’un traitement chimique pour éliminer la lignine, mais la décomposition de la cellulose peut encore se produire (mais à un rythme beaucoup plus lent) en raison de la présence d’acides dans l’environnement. Ces réactions, appelées généralement « hydrolyse acide », produisent un large éventail de Composés Organiques Volatils, dont beaucoup sont identifiés : le benzaldéhyde ajoute un parfum d’amande;  la vanilline ajoute un parfum de vanille; l’éthylbenzène donne un parfum suave;  et le 2-éthyl-hexanol ajoute une contribution légèrement florale.

D’autres composés dégagés ont été retenus pour déterminer l’étendue de la dégradation de vieux livres. Le furfural est un de ces composés. Il peut également être utilisé pour déterminer l’âge et la décomposition des livres notamment des ouvrages publiés après le milieu des années 1800.58500

 

En conclusion, il est difficile de pointer un composé spécifique ou une famille de composés, et affirmer catégoriquement qu’il est l’origine de l’odeur du livre. Toutefois, nous pouvons identifier les contributeurs potentiels de la « vieille odeur de livre » .

En attendant, si vous ne possédez pas suffisamment de vieux livre pour vous enivrer de cette odeur, vous pouvez vous parfumer de fragrances de vieux papier avec « Paper Passion » une création de Lucky Scent.

 

>> La publication originale en anglais