de Russell Banks et Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Furlan, aux éditions Actes Sud, 23.80€

Dans ce nouveau roman Russell Banks s’intéresse, une fois encore, aux exclus, aux marginaux, aux laissés pour compte, aux « drop-out » de l’Amérique contemporaine. Mais cette fois il franchît un pas supplémentaire puisque son personnage principal est un délinquant sexuel.
Non, non ne partez pas ! La déviance sexuelle, la pédophilie ne sont pas le sujet du livre. Voyez plutôt : le Kid est un Blanc, âgé de 21 ans. Il vit sous un viaduc en Floride avec d’autres délinquants sortis de prison en liberté conditionnelle qui, comme lui, portent un bracelet électronique à la cheville, ne peuvent sortir du comté où ils ont été jugés et ne doivent pas s’approcher à moins de 800 mètres des lieux où se trouvent des enfants (écoles, terrains de jeux,…).
Le Kid n’a jamais eu d’amis, ni de petite amie. Délaissé par sa mère, n’ayant jamais connu son père biologique, solitaire, il s’est enivré de sexe et de pornographie sur Internet. Par naïveté, confondant le virtuel et le réel, il a franchi la ligne jaune dont il ne savait même pas qu’elle existait. Sa seule compagnie est celle d’un iguane, Iggy, que sa mère lui a rapporté illégalement du Mexique dix ans auparavant. Il mesure désormais plus un mètre quatre-vingt, pèse douze kilos et vit auprès du Kid attaché à une chaîne. Le Kid a un petit boulot ; il est aide-serveur de midi à dix heures du soir dans un restaurant du front de mer.
Le sujet du livre n’est pas, je le répète, la délinquance sexuelle, c’est la rencontre du Kid avec l’autre personnage essentiel du roman, le Professeur. Celui-ci est un universitaire sociologue, obèse et arrogant, qui fait une étude sur les délinquants sexuels condamnés, les sans-abri, les exclus. Il souhaite vérifier sa théorie selon laquelle l’identité sexuelle d’un individu est façonnée par son identité sociale. Peu à peu le Professeur va prendre le Kid sous son aile, lui proposer quelques petits coups de pouce, devenir son mentor et tenter d’éveiller sa conscience. Mais vite il apparaît que ce Professeur, qui est dépendant de la nourriture comme le Kid l’était de la pornographie sur Internet, est, peut-être, un grand menteur aux identités multiples.
Par l’auteur, entre autres, de De beaux lendemains, Sous le règne de Bone, American darling – avec un inoubliable portrait de femme sur fond d’histoire du Libéria – un roman dérangeant, ambitieux, profondément humaniste, qui explore les dérives de la société américaine contemporaine.

444 pages.