de James McBride, traduit de l’américain par François Happe
Ed. Gallmeister. 440 pages. 24,80 €

oiseau-bon-dieu2Ce livre a obtenu, en 2013, le prestigieux National Book Award. La rédaction du magazine Lire l’a élu Révélation étrangère de l’année 2015.

James McBride est né en 1957. Ecrivain, scénariste, compositeur et musicien de jazz. Son premier livre, La Couleur d’une mère, a été publié en 1995.

Nous sommes aux Etats-Unis en 1856. Henry, 12 ans, est un jeune esclave noir qui vit dans la Taverne de Dutch Henry, taverne qui, un jour, est dévastée par le légendaire abolitionniste blanc John Brown qui veut mettre un terme à l’esclavage. Le père d’Henry dans la confusion va s’empaler sur un fragment de bois et meurt instantanément. John Brown embarque Henry qu’il prend pour une fille. Le jeune garçon, qui est le narrateur, nous raconte sa nouvelle vie aux côtés de John Brown, ce chef illuminé, fanatique. Personnage étonnant : il ne mange presque jamais, on dirait qu’il dort sur son cheval, il est bourru mais peut calmer ou apprivoiser toute bête de création divine, il prie, à sa façon, plusieurs fois par jour, mêle le Seigneur à toutes ses activités, cite la Bible à tout propos, Il est à la tête d’une bande dépenaillée d’une quinzaine d’individus minables, décharnés, tristes.

Quant au narrateur il est menteur, voleur, filou, il fréquente les bordels, il n’a aucune envie d’être libéré de sa condition d’esclave… Il passe son temps à essayer de comprendre qui il est.

Une épopée romanesque désopilante, enlevée, truculente, cocasse. De l’action, des bagarres, des batailles, des cavalcades, de l’humour, du sang, du sexe, des larmes. Sans oublier la tendresse et la joie.

n.b. James McBride a été invité sur le plateau de La grande librairie le 8 octobre 2015. Il est venu avec son saxophone et son groupe de jazz…