metointegralede Yves Grevet, aux éditions Syros, 26.90€

64 enfants vivent en autarcie complète dans une grande maison. Chaque jour, les Césars qui les surveillent leur donnent une piqûre pour qu’ils ne grandissent pas. Divisés en couleurs selon leur taille, ils ont une vie extrêmement disciplinée et sévère.
Meto est un enfant parmi eux et le narrateur qui décrit minutieusement l’univers froid et carcéral de la maison, son fonctionnement codifié et hiérarchisé qui en font une ambiance inquiétante et parfois angoissante. Il décrit aussi les brutalités telles le jeu de l’inche (on attrape la balle avec les dents) au cours duquel les participants peuvent se briser les os, ou le frigo, un endroit réfrigéré où sont emprisonnés les récalcitrants.
Un jour, Meto est discrètement contacté par d’autres enfants qui fomentent une rébellion.

Cette trilogie passionnante qui ouvre Meto à la connaissance de son environnement, de la maison à l’île où elle se situe, puis au monde, interroge la liberté et l’exercice de la liberté. Car paradoxalement, en se libérant d’un monde de privations, il tombe dans un autre monde de privations, les acteurs étant incapables d’exprimer la liberté en règles universelles.

Une dystopie saisissante à partir de la 4ème.

nonoko