de Sabina Berman et Traduit de l’espagnol (Mexique) par Claude Bleton, aux éditions Seuil, 19.50€

C’est souvent un peu agaçant, comme un ami à l’affection trop démonstrative, un roman qui se veut une fable et « Moi » l’est parfois. Cette histoire d’une autiste à la fois déficiente et surdouée qui apprend à regarder le monde avec les yeux d’un thon – elle badigeonne de noir ses lunettes de plongée, ne laissant la transparence que sur les côtés- ne vous fera pas frémir d’une écaille, pensez-vous. Mais vous voilà roulé dans les vagues d’un récit haletant, aspergé par des gouttes de tendresse et d’humour et vite pris au jeu de ce regard décalé sur la folie du monde. Non à Descartes ! Oui à Darwin ! Réconcilions-nous avec la nature et la vie ! Et si les autistes patentés avaient raison contre les autistes « normaux » que nous sommes …

Paru en mars 2011. Roman. 15×22 Cm. 263 pages.