notre_quelque_partde Nii Ayikwei Parker (Traduit de l’anglais (Ghana) par Sika Fakambi), aux éditions Zulma, 21.00€

Ghana. Petit village perdu… quelque part.
Une découverte macabre va bousculer la quiétude des habitants. Des restes semble-t-il humains sont découverts dans une des cases du village par la fille d’un politicien. Aussitôt la police est dépêchée sur place avec mission de résoudre cette affaire au plus vite, pour éviter tout scandale. On s’adresse à Kayo, formé à la médecine légale en Angleterre mais qui croupit pour le moment dans un laboratoire. Scientifique avant tout, celui-ci mène son enquête à la façon des “Experts” mais se laisse tout de même entraîner par les récits d’un vieux chasseur du village. Il y retrouve la saveur de l’enfance et de l’Afrique profonde. Mais ces légendes pourraient bien aussi donner un nouvel éclairage à l’affaire en cours…

S’entrecroisent alors deux langues, celle du peuple ghanéen, colorée et riche en images, telle une mélopée qui charme le lecteur, et celle plus classique et plus pragmatique de la nouvelle génération (saluons au passage l’excellent travail de traduction).

Voici donc une belle invitation à se laisser conter peu à peu une part de l’âme africaine.

C’est envoûtant. C’est réussi.

(Nathalie Pichon)