TILTde Jean Aymar de Bossay, aux éditions du Toqué du Tarn, 16.35€

J’ai de bonnes nouvelles pour vous !

Je viens de découvrir un livre de nouvelles étonnant que Hugues Dedit qualifierait de « foutrak » C’est assez déjanté, totalement original.

Le titre : Parcourir le monde à grande goulées.

Oui, vous avez bien entendu ce n’est pas Boire le monde à grande goulées ni Parcourir le monde à grande foulées.

L’auteur : Jean Aymar de Bossay

L’éditeur : les éditions du Toqué du Tarn – non pas du Troquet du Tarn – installées dans un hameau : Couvert dans le Tarn.

Le prix : 16, 35 €

Le mieux pour vous donner une idée de l’éventail des sujets abordés par Jean Aymar de Bossay est de citer les titres des douze nouvelles, en fait treize j’y reviendrai, qui composent ce recueil :

1 – Les pleurs du mâle, sous-titré le poisson qui avait le mal de mer. Une histoire d’un poisson qui ne pouvait pas nager sans avoir des haut-le-cœur, des nausées. Ce qui est assez handicapant quand on est poisson…

2 – Une histoire d’hélicoptère, sous-titrée : hélice au pays des merveilles. Celle-là je vous laisse la découvrir.

3 – Une nouvelle policière intitulée : Flic-frac sous-titrée : flic… assez de poulet. Une histoire de vol de tableaux mettant en cause un FRAC (Fonds Régional d’Art Contemporain)

4 – Un conte pour enfants et grands enfants : La belle aux doigts d’or ment.

5 – Qui trop embrase mal éteint. Une histoire d’un pompier incendiaire.

6 – L’enfer de la médaille. Une nouvelle de trahison qui se passe au front durant la Grande Guerre.

7 – Les chevaux dressés sur la tête. Comme vous pouvez l’imaginer ces chevaux appartiennent à un cirque ; le cirque Honstence.

8 – La manif de la persécution. Une nouvelle en hommage à mai 68.

9 – Le maréchal des logiques. L’histoire d’un militaire devenu fou en consultant des cartes.

10 – Le benêt de nuit. Une de mes favorites : l’histoire d’un homme qui détenait la clef des songes.

11 – Les durs ont des oreilles. Sans doute la plus bizarre de toutes ces nouvelles. Ça se passe dans un pavillon. Eustache trompe sa femme portugaise et fait la sourde oreille à ses reproches. Très pauvres ils ont des enfants qui au bout de quelques années perdent leurs oreilles. Est-ce une nouvelle en hommage à La Fontaine : Ventre affamé n’a pas d’oreille ?

12 – Tous les doux sont dans la nature.  Dans un monde de plus en plus violent, des non-violents, des gentils, se regroupent dans un immense hôtel. Ils y vivent en paix et heureux jusqu’au jour où l’hôtel prend feu. Paniqués ils s’enfuient en ordre dispersé… Je vous rappelle le titre : Tous les doux sont dans la nature.

13 – Treize à la douzaine. Une nouvelle érotique. Une orgie, une bacchanale intemporelle dans laquelle, entre autres, un invité Soutra distribue largement de la drogue. Cette came à Soutra a des effets aphrodisiaques immédiats et inattendus.

Treize nouvelles qui nous emportent dans des univers variés et souvent improbables. L’auteur Jean Aymar de Bossay aime jouer avec les mots et les maux. Il déborde d’imagination et aussi d’empathie pour ses personnages confrontés aux dures réalités d’une vie souvent imaginaire voire rêvée.

J’ajoute qu’il a une plume au poil qui donne à ses nouvelles un ton insolite. Un recueil que je vous recommande vivement. Un plaisir constant de lecture.

P.S. Je vais bien sûr inviter l’auteur à Place aux Nouvelles !

(Jacques Griffault)