de Dermot Bolger et Traduit de l’anglais (Irlande) par Bernard Hoepffner et Catherine Goffaux, aux éditions Joëlle Losfeld, 26€

Amateurs de grandes sagas familiales réjouissez-vous ! Voici une œuvre romanesque d’envergure, ambitieuse et parfaitement réussie.
Le livre explore l’histoire de l’Irlande et de l’Europe de 1915 à 1946 à travers le destin d’une famille d’aristocrates irlandais protestants, les Goold Verschoyle.
1915 : loin des révoltes qui commencent à se multiplier à Dublin la famille Goold Verschoyle vit paisiblement dans sa demeure de Manor House dans le comté de Donegal.
Le père, avocat, défend, sans demander d’honoraires, les gens de la région en difficulté. Sa véritable passion c’est la musique ; il compose des chansons. Ce qu’il veut donner à ses enfants c’est une conscience : Si vous faîtes confiance à votre cœur, vous ne vous tromperez pas, quel que soit le jugement que d’autres portent sur vous.
La mère est versée dans le spiritisme. Maud l’aînée des cinq enfants est vive et fougueuse. Eva est attirée par la nature et les arts plastiques. A 18 ans, en 1920, elle tombera amoureuse d’un officier néo-zélandais de 22 ans mais hésitera à se lancer dans le monde nouveau qui s’ouvre à elle préférant la sécurité de l’ancien.
Brendan, le turbulent cadet, fasciné par son frère aîné Art, quitte ses études à 16 ans pour rejoindre son frère à Londres durant les grandes grèves de 1926 avant qu’ Art, l’héritier, séduit par l’expérience bolchevique aille vivre à Moscou quatre ans dans des conditions difficiles. Brendan se retrouvera à Barcelone en 1936 puis connaîtra un sort tragique.

38 chapitres, datés, en ordre chronologique, forment une succession de tableaux remarquables.
Une grande fresque familiale passionnante, des destins hors normes, avec, en toile de fond, les tensions sociales et politiques de l’époque.

Un livre parfait pour les vacances.

544 pages.