Ceux qui ont dit Non se définit comme «une collection de romans historiques destinée à éveiller l’esprit de résistance en offrant des récits de vie de figures fortes qui ont eu un jour le courage de se révolter pour faire triompher la liberté ou la justice.» Rencontre avec sa créatrice, Murielle Szac, et témoignage de Marie-Agnès Jobin, qui a participé à la mise en place,  autour de cette collection d’Actes Sud Junior, d’une résidence collective d’auteurs à Saint-Paul-Trois-Châteaux. (par Silvia Galli, librairie Le Chat Pitre, Paris)
SILVIA GALLI: Vous avez créé la collection Ceux qui ont dit non en 2008. De quelle exigence est-elle née, en ce moment là?
MURIELLE SZAC: Le discours ambiant dans lequel baignent les ados d’aujourd’hui est un mélange de fatalisme, de «c’est comme ça, on n’y peut rien, la mondialisation, la crise…», doublé d’un «les politiques, tous les mêmes et tous pourris». Rajoutez que les seules valeurs mises en avant sont celles de la réussite individuelle, parce que vous avez bien chanté à la télévision ou rencontré par hasard la bonne personne…Comment peut-on avoir envie de grandir et de prendre sa place dans un monde dont on vous dit que vous ne pouvez absolument pas le changer? Comment se sentir à l’aise dans un monde de compétition où prime le chacun pour soi? Voilà mon point de départ en créant cette collection. Lorsque Thierry Magnier, qui dirige Actes Sud Junior, m’a demandé si je n’avais pas envie de lui proposer une collection qui réhabiliterait l’action politique aux yeux des jeunes, j’ai foncé! D’autant que toute l’évolution de notre société le prouve: les progrès sont réalisés grâce à l’engagement d’hommes et de femmes qui ont combattu pour défendre des valeurs auxquelles ils croyaient. J’ai eu envie de raconter ces figures fortes et leur engagement, et de montrer comment les combats d’hier résonnent aujourd’hui. Et qu’il y a encore plein de raisons de s’engager!

Lire la suite dans le n°62 de Citrouille, disponible dans les Librairies Sorcières (coordonnées ici)