de Roger Jon Ellory, aux éditions Sonatine, 23€

Sans même lire cette chronique les lecteurs de Seul le silence – prix du roman noir Le Nouvel Observateur/Bibliobs – vont se précipiter, et ils auront raison, sur ce nouveau roman de R.J.Ellory.

Nous sommes en 2006 à La Nouvelle Orléans. La fille du gouverneur de Louisiane a été enlevée et son garde du corps assassiné de manière horrible. Le F.B.I. chargé de l’enquête déploie le grand jeu. Jusqu’ici – me direz-vous – rien de bien nouveau. Soit ! Mais voilà : le kidnappeur, Ernesto Perez, se rend à la police et exige de s’entretenir avec un certain Ray Hartmann avant de permettre aux enquêteurs de retrouver la jeune fille saine et sauve…

Ce Ray Hartmann est un modeste fonctionnaire qui vit à Washington. Depuis près de huit ans il est séparé de sa femme Carol et de sa fille Jessica, douze ans. Il vient de réussir à obtenir un rendez-vous avec Carol et Jessica la semaine suivante, sa première véritable chance de reconstruire sa vie, lorsque le F.B.I. lui tombe dessus et l’embarque direction La Nouvelle Orléans, le dernier endroit sur terre où il voudrait aller, mais il n’a pas le choix.

À l’heure fixée par Ernesto Perez pour régler au téléphone les modalités de leur rencontre, le téléphone sonne : Monsieur Ray Hartmann. Bon retour à la Nouvelle Orléans…Ils vont se rencontrer lors d’un long face-à-face au cours duquel Perez racontera son incroyable vie de tueur de la mafia. Sadique, violent, tueur psychopathe, il est en même temps un bon père et un employé fiable pour la mafia. Et, comme il tue des personnes souvent pires que lui, on se met à ressentir de la compassion pour cet effroyable personnage.

Un roman d’une ampleur impressionnante, tout comme l’était Seul le silence. Cinquante ans d’histoire de la face cachée des États-Unis – Castro, Kennedy, Las Vegas, Chicago…- en toile de fond d’une intrigue captivante dont l’intensité ne faiblit jamais.

Décidemment le Britannique R.J. Ellory confirme qu’il fait partie des très grands !

Né en 1965, R.J.Ellory, après l’orphelinat et la prison, devient guitariste de rock avant de se tourner vers la photographie. Vendetta est son second roman publié en français.

Les jeunes éditions Sonatine en publiant des ouvrages de cette qualité se hissent très haut dans le domaine du polar. Bravo !