Montauban a la chance de disposer encore de trois librairies et de deux bouquinistes : le Bateau Livre (jeunesse), la Librairie Deloche et la Femme Renard (généralistes), Baux Livres et La Soupe aux Livres  (bouquinistes). Ensemble, dans leur association, l’ALMA, ils vous proposent leur site internet (librairiesmontauban.fr), leur émission de radio mensuelle, leurs animations nombreuses et originales.

Soutenez-les !

La France possède un réseau dense et diversifié de 3000 librairies indépendantes, fleuron de son exception culturelle. Son rôle est irremplaçable, mais son économie menacée.

Un atout pour la création : la librairie représente près de la moitié des ventes de livres au détail. Elle est le circuit privilégié pour les textes les plus exigeants, pour les œuvres nouvelles qui ont besoin de temps afin de trouver leur public, pour les livres de référence qu’elle maintient dans ses fonds à disposition. Que deviendraient sans elle la littérature, la poésie,  les sciences humaines, les livres pour la jeunesse ? La librairie indépendante grâce à sa diversité et à sa passion permet une offre éditoriale variée et originale.

Un atout pour la vitalité culturelle, sociale et économique des villes : la librairie est un lieu de vie et d’échange au cœur des villes. Ce sont des femmes et des hommes qui recommandent des livres qu’ils  ont lus  et aimés,  et  non  des algorithmes. La librairie  est un lieu  incarné, un  espace  de découvertes dans lequel s’organise une relation humaine autour des livres. Partenaire des associations, des  écoles,  des  bibliothèques,  des  festivals,  elle  organise,  à  Montauban  particulièrement,  des animations dans ses murs ou d’autres lieux. Au milieu des chaînes et des commerces franchisés, la librairie indépendante est un pôle d’attraction et un acteur essentiel des centres-villes.

Un atout pour l’emploi : avec 13 000 salariés, la librairie génère proportionnellement 2 fois plus d’emplois que les grandes surfaces culturelles, 3 fois plus que la grande distribution, 14 fois plus que le commerce électronique. Acheter chez son libraire, c’est défendre l’emploi local.

Un  atout  pour  le  lecteur :  il  dispose  d’une  offre  de  proximité,  de  conseils  et  de  services  de professionnels,  et  ce  pour  le  même  prix  qu’ailleurs  grâce  à  la  loi  du  Prix  unique.  Il  peut commander n’importe lequel des 700 000 titres disponibles. Il peut rencontrer des auteurs, écouter des lectures, participer à des débats ou des animations conviviales et gratuites.

Cette qualité a un coût : l’assortiment, le personnel, les animations, les loyers de centre-ville et autres charges font de  la  librairie  le  moins rentable des commerces de détail  avec un rapport de seulement 0,3% de son chiffre d’affaires. A Montauban, deux librairies viennent de fermer leurs portes  et les cinq qui résistent  ont besoin de votre appui pour accomplir leur mission.

Faites  vos  achats  dans  nos  librairies,  incitez  les  jeunes  à  nous  fréquenter,  mettez  nous  à l’honneur dans vos manifestations, participez à nos animations.

Pour que vivent les livres et vos librairies !

>> Lettre aux directeurs d’établissements scolaires (PDF)
>> Lettre aux enseignants (PDF)